Quelques écrits de jeunesse

     Quelques écrits, réflexions des années 60.

     "Vivons"  

     Des rideaux qui se ferment,                                                                                                                                                                                                        Des lampes qui s"éteignent,                                                                                                                                                                                                        Une musique en apocalypse,                                                                                                                                                                                                      Des mains de malice,                                                                                                                                                                                                                  Une fermeture éclair qui sourit,                                                                                                                                                                                                De la soie qui se froisse,                                                                                                                                                                                                            C'est l'Amour qui passe,                                                                                                                                                                                                            C'est la Mort qui s'attendrit.


     "Fréquentant les milieux informés de la haute noblesse, les académiciens, les généraux, les financiers, les archevêques; Son altesse la Vicomtesse CANTARET NORBERT VINCENT DE SAINT-VICTOR DE L'INDRE accompagnée de son loulou de Poméranie JEAN HUBERT EMMANUEL DE SAINTIGNAC, alla voir son amant DUPONT."


     "Lustres"

     Ère tertiaire :                                                                                                                                                                                                                                                 Éocène                                                                                                                                                                                                                                       Oligocène                                                                                                                                                                                                                                   Miocène                                                                                                                                                                                                                                     Pliocène                                                                                                                                                                                                          

      Ère quaternaire :                                                                                                                                                                                                                                           Triste mise en scène. 

 

     ARC : Si j'étais Dieu je n'aurai jamais donné cet engin à Éros.  

     CORPS : Machin indispensable pour avoir une apparence humaine.

     ECRIVAIN : Homme qui n'a rien à dire et parconséquent l'écrit.    

     CARREFOUR : C'est une coïncidence des Ponts-et-Chaussées.          

                          : c'est une femme partagée entre le désir de prendre son mari pour amant et l'envie de faire cocu son ami.

     MARIAGE : C'est d'abord chéri je t'aime et ensuite va me chercher un kilo de pommes de terre.  

                    : Alliance de deux sexes dans un but hypocrite.

     GRAND : Intermédiaire entre le nain et le géant et dont l'esprit n'est pas souvent proportionnel à se hauteur.

     MORBIDITÉ : Goût prononcé pour les cimetières militaires.

     AIMER : C'est trouver que Frankerstein a du charme.

     FOULE : Mille pattes irréfléchi, débile, déraisonnable.

     SOCIÉTÉ : Sous le couvert de l'honnêteté et de la morale, la société est un organe de répression à responsabilité illimitée.

     JUSTICE : Balance où la tare n'est pas prise en considération.

     DIPLOMATIE : Permet de passer partout là où la civilité est de rigueur.

     INFORMATION : L'information devient objective quand celui qui vous la présente à vos opinions.

     Y : I dictatorial.

     PROGRÈS : Le progrès est une source de guerre et par conséquent de régression.

     HISTOIRE : l' Histoire, c'est un soutien-gorge autrichien dans la poche de Louis XVI. 

     OPPORTUNISTE : Homme qui dans un urinoir en profite pour y laisser son numéro de téléphone.

 

 

     "Mathématiques"

     Quatre mains pour s'unir,

     Deux coeurs pour partager,

     Deux bouches pour se le dire,

     Deux corps pour se le prouver,

     Comme quoi deux et deux

     Ne feront jamais quatre.

 

 

     "NUANCE"

     Lorsque la femme blanche se dévoile devant nous, nous appelons cela érotisme ou encore pornographie.

     Lorsque la négresse se trémousse nue devant nous, nous appelons cela documentaire.

 

 

     La pluie retombait

     Sur le petit port

     Où je t'attendais

     Ce serait bien fort

     Si tu m'y rejoignais !


     Depuis une heure

     Eh oui mon coeur

     J'écoute le doux ronron

     Des moteurs à un temps

     Tu manges encore des bonbons 

     Pendant que je t'attends.

 

     De temps en temps 

     Tu t'offres un amant

     Et quand je te vois

     Tu ne peux pas !

 

     Quand il fait beau

     Tu vas dans l'eau

     Quand il fait froid

     Tu te cloîtres chez toi

     Quand il fait ni chaud ni froid

     Tu prétextes n'importe quoi !

 

     Tiens te voilà !

     J'ai deviné, t'es dans l'embarras

     Et t'as besoin de moi ...

 

     

 

 

     (à suivre)                                                 


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau