Domaine de Bordère

 

   C'est en juillet 1993, que "débarquant" dans le Cité de CARCASSONNE pour l'exposition "Une Seconde pour A.P.R.È.S" au profit de l'association présidée par Yves DUTEIL que je rencontrais notre Mécène en la personne de Pierre NAUWELAERS, Directeur d'une agence de voyage spécialisée dans la chasse et la pêche aux gros en AFRIQUE. L'accueil fut très chaleureux, fraternel dirais-je. Il s'inquiétait du bien être des artistes exposants, de leur confort, et les échanges verbaux furent fort enrichissants ...

 

 

 

     C'est bien naturellement qu'il me proposa de me conduire chez lui, à ALAIGNE, situé entre CARCASSONNE et LIMOUX, dans son Domaine de Bordère consacré au tourisme de passage avec une grande salle consacrée à la restauration, gîte, etc, ... Il me présenta son épouse Marie-France. Son accueil fut le même. Je découvrais un domaine magnifique au col de Marmagès, à près de 400 mètres d'altitude ... 

     Dans le prolongement des expositions de TOULOUSE et de CARCASSONNE au profit de la sauvegarde de la forêt, de la reconstitution des espaces sinistrés, et toujours dans l'idée d'un art utile cher à Pierre MAGUELON et au groupe MOSAÏQUE, l'idée "saugrenue" probablement de faire émerger un site consacré à l'art, à la forêt et aux hommes ... Le département de l'Aude était particulièrement touché par ces incendies de l'été, pourquoi ne pas tenter l'aventure dans cette région ... Je contactais quelques mécènes qui m'assuraient de leur soutien financier et je reçus une lettre d'Hubert REEVES, encourageante et qui acceptait malgré un emploi du temps difficilement gérable d'être le parrain "lointain" de cette initiative. 

     Fort aimablement nos hôtes se proposèrent pour servir de base à ce projet, c'est ainsi que je revins au mois d'août pour lancer des bouteilles à la mer, qui prendront l'eau et n'arriveront pas à la plage. Fin août les premiers artistes vinrent honorer les murs du Domaine de Bordère qui s'ouvrait au public. Il y avait là SOULIÉ, GUIRAUD et le très atypique sculpteur GASTOU. Par la suite viendront où seront présents par leurs oeuvres IBO, FRÉJAVILLE, MAGUELON,  ... Sans oublier notre poetesse écrivain GOEMON qui séjournera au Domaine.

     L' annonce de nos intentions se fit avec l'appui de toute la presse régionale "l'Indépendant", "La Dépêche du Midi", le "Midi Libre", jusqu'au modeste "Le Limouxin".

 

 

 

 

 

 

 

 

   Quelques radios locales prirent également le relais. Après quelques semaines force était de constater que nous prêchions dans un désert dans une région fortement touristique. Seuls deux particuliers proposèrent l'ouverture de leurs locaux et de façon permanente, malheureusement difficilement adaptables à une telle entreprise. Je dois remercier d'ailleurs le journaliste de l "Indépendant"  pour les remarques qu'il m'avait faites sur les difficultés que j'allais rencontrer et les résistances locales. "Résistances" que je subirais également dans l'Ariège ... il m'affranchit sur les caractères et les comportements allant à faire un parallèle avec la société corse... 

     Notre utopie ne verra pas le jour ... Mais ce fut une aventure bien sympathique passée auprès de Pierre et Marie-France NAUWELAERS. 

     Par la suite Pierre devait rejoindre le SÉNÉGAL pour assouvir sa passion et s'occuper d'oeuvres charitatives, en collaborant notamment à l'édification d'un dispensaire. Il devait décéder de maladie. 

     Je restais en contact avec Marie-France qui s'était lancée en 1995 dans la culture des oignons sur le Domaine, afin de les exploiter pour la confection de la "confiture d'oignons" selon une recette de son arrière grand-mère transmise de génération en génération. Le succès fut immédiat, et son fils Stéphen vint renforcer l'effectif. De nombreux trophées vinrent récompenser les efforts, même si ces messieurs les penseurs européens obligèrent à la dénomination "Confit d'oignons" (Voir "BILLETS D'HUMEUR n°II). Recommandés par PETITRENAUD, cités par GAULT MILLAU, bien d'autres, on retrouve les confits du Domaine de Bordère sur les tables du monde, de grands chefs s'en sont emparés, les particuliers également. Ainsi je restais en contact avec Marie-France, la retrouvant dans différents salons comme à PARIS ... 

     Je voulais saluer Marie France en reconnaissance de son accueil et en souvenir des bons moments, sans oublier Stephen et Pierre là-haut. 

     contact.bordere@free.fr  -  http://www.domainedebordere.fr  - http://confitshop.free.fr

     

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau