Avec Pierre MAGUELON

     Mon cher Pierre, 

     Toi qui te trouves là-haut où c'est la place des poètes comme disait Boris VIAN, que d'heures joyeuses et merci pour ton amitié de Paris à Montigny-lès-Cormeilles, de Toulouse à Carcassonne, de Mirepoix à Camon, de Passy à Cabrespine ... 

     "Petit Bobo", je t'affectionnais moi z'aussi. Je me souviens particulièrement de la deuxième exposition pour "A.P.R.È.S", celle de CARCASSONNE et d'une anecdote savoureuse. Sur la lancée de TOULOUSE, nous étions tous présents ou représentés au travers de nos oeuvres pour "Une seconde pour A.P.R.È.S.", que ce soit CALLEWAERT, IBO, GOTAS, FRÉJAVILLE, KOVSKY; ainsi que Marie-Claire TARDY à la demande d'Yves DUTEIL.

     Avec IBO, vous aviez bien annoncé cet évènement auprès de la presse, "La Dépêche du Midi", le "Midi Libre", l'Indépendant". 

 

 

     Yves DUTEIL fut accueilli en très très grandes pompes, puis on nous avait réuni dans une salle pour de rapides présentations, autorités, organisateurs, artistes, tu avais eu droit au "Pierre MAGUELON je présume !"... Bref, Yves DUTEIL fut piloté vers d'autres lieux, tandis que nous procédions à l'accrochage des toiles à la C.C.I.


     Le lendemain, après le vernissage, nous étions invités à un repas sur les bords du canal du Midi à TRÈBES. À l'issue de ce repas où nous étions toujours entre nous, bien séparé du chanteur, nous quittions les lieux par un escalier extérieur qui menait à une route où se trouvaient quelques maisons et une petite galerie. Tu fermais la marche et je me retournais à plusieurs reprises constatant ton air préoccupé, ton coude droit replié et la main sur la hanche ... "Tu as perdu quelquechose Pierre ?", tu te retournais à plusieurs reprises inquiet. "Je peux t'aider Pierre? " "Non, non" . "Tu as perdu quelquechose ?" ... "Oui !" ... "Oui, oui, ... j'ai perdu... j'ai perdu... quelques illusions !".

 


     En tous les cas avec le jeune KOVSKY, nous ne nous sommes pas privés de joyeux moments, pendant deux, trois jours; ce fût l'occasion pour toi de nous ouvrir ta maison, ton atelier, sur les hauteurs de Cabrespine, et de confier malicieusement ton désir de "scier la montagne d'en face, pour créer une ouverture sur la mer et l'espace".

     

    

 

 

 

 

 

 

    

 

(Coupure de presse de l'inauguration)

 

 

 

 

     Clôdine MAGUELON, ton épouse, nous permet de partager ton univers avec l'édition des contes "Farfelunes" ... 

     À ce propos, lors de ta venue à MIREPOIX je t'avais emmené dans le petit village fortifié de CAMON. Sur la petite place pavée proche de l'Abbaye, tu avais été tout de suite conquis par les lieux et tu m'avais confié que "Petit-Bobo" se serait bien vu dire ses contes, un soir ou deux d'été pour un public restreint en raison du lieu. Nous avions creusé l'idée en compagnie de P...; employée par l'Office du tourisme. Nous fûmes tout de suite obligé de renoncer en recevant un veto énergique de la directrice dudit Office (personne qui fera capoter la plupart des projets à CAMON et parfois ailleurs). Ce sera d'ailleurs l'un des motifs de baptiser une de mes toiles "Les boulets de CAMON" ...

     camon-1.jpg

     Je reste porteur de ce regret, ne pas avoir pu t'offrir ce plaisir, moi celui de t'entendre et un public d'en profiter... 

     C'est l'Ariège, Mektoub !!! Petit-Bobo ... (Voir À propos de Malou - sous-page Ariège profond)

petit-bobo-4.jpg         

 

 

petit-bobo-1-2.jpg

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau